Arnaud de Saint Remy, avocat à Rouen

Inscrit comme avocat au Barreau de Rouen depuis 1996, Arnaud de SAINT REMY reprend le cabinet de sa mère, Colette CERNÉ de SAINT REMY, qui était avocate à Rouen depuis 1951, connue en particulier dans le domaine du droit des affaires familiales.
Fort de l’expérience acquise d’une collaboration avec un avoué près la Cour d’appel de Rouen, il devient en 1999 associé du cabinet EMO AVOCATS.
Diplômé des Facultés de Droit de Rouen et de Caen, il exerce sa compétence professionnelle en matière de responsabilité civile et pénale, ainsi qu’en droit de la presse, médias et communication.
Il assure en particulier l’assistance et la défense des personnes victime d’infractions. Il accompagne les personnes victimes de dommages corporels.
Il est en charge du Pôle pénal du Cabinet EMO AVOCATS. Il assure des permanences pénales pour le barreau.
Il intervient aux côtés de mineurs notamment aux côtés de l’Aide Sociale à l’Enfance depuis 1999.
Il assure par ailleurs l’assistance et la défense des personnes en matière d’e-réputation.
Il intervient dans le domaine de la protection des données personnelles et accompagne les entreprises dans la mise en conformité au RGPD.
Elu depuis 2009 au Conseil de l'Ordre des Avocats au Barreau de Rouen dont il a été le Secrétaire pendant trois ans, il a exercé les fonctions de Bâtonnier de l'Ordre en 2015 et 2016. Il a, ensuite, présidé la Conférence régionale des Bâtonniers de Normandie en 2017 et 2018. Actuellement membre du Conseil de l’Ordre, il préside la Commission Droit Pénal du Barreau de Rouen. Il est l'un des membres du Conseil ordinal institué avec la CARPA (Caisse Autonome de Règlements Pécuniaires des Avocats) de Rouen.
Il est « ambassadeur Numérique » au Conseil National des Barreaux (CNB) depuis 2018.
Il est élu au sein du Collège Ordinal Province du CNB pour la mandature 2021-2023.
Depuis 2016, il est "ambassadeur normand" dans le cadre de la Mission Attractivité Normandie lancée par la Région Normandie.
Il est l’un des membres fondateurs du BNI Rouen Plateau Est créé en 2017 ; il le préside pour l’année 2020.
Il enseigne à l’IXAD, école d’avocats dont le siège est à Lille, et assure régulièrement des formations professionnelles notamment dans le domaine de la déontologie, ainsi qu'en matière de publicité fonctionnelle et de communication ou en matière de Protection des Données personnelles. Représentant le barreau de Rouen à l'IXAD, il a été élu, es-qualité, Vice-Président, en janvier 2020. Il est par ailleurs membre du Conseil de Gestion de la faculté de droit sciences éco de l’Université de Rouen.
Il a été l’un des membres du Conseil d’administration de ROUEN HABITAT entre 2001 et 2008.

Assistante
Virginie STAIGRE
Virginie STAIGRE

vstaigre@emo-avocats.com

Expériences

Membre du Conseil de l'Ordre des Avocats au Barreau de Rouen (depuis 2008)
Ancien Bâtonnier de l'Ordre des Avocats au Barreau de Rouen (2015-2016)
Ancien Président de la Conférence des Bâtonniers de Normandie (2017-2018)
Membre du Conseil ordinal institué avec la CARPA de ROUEN (2020-2022).

Ambassadeur Normand pour la Mission "Normandie Attractivité" depuis 2016
Ambassadeur Numérique au Conseil National des Barreaux (CNB) depuis 2018
Coordinateur d'éducation (2019), puis Président du Groupe BNI Rouen Plateau Est (année 2020)
Formateur et Vice-Président de l'IXAD, école des avocats (Lille)
Membre du Conseil de Gestion de la Faculté de Droit Sciences Economiques et de Gestion (Université de Rouen) depuis 2014.
Membre du Conseil Régional de Discipline de la Cour d'appel de Rouen.

Membre du Collège Ordinal Province au Conseil National des Barreaux (CNB) pour la mandature 2021-2023
Vice-Président de la Commission Liberté & Droit de l'Homme au sein du CNB.
Président du Groupe de Travail Mineurs au sein du CNB.
Membre de la Commission Droit & Entreprises au sein du CNB.

Les derniers articles
Trouble mental et poursuites pénales : l'arrêt de la Cour de cassation suscite un nouveau projet de loi sur l'irresponsabilité pénale
Trouble mental et poursuites pénales : l'arrêt de la Cour de cassation suscite un nouveau projet de loi sur l'irresponsabilité pénale

Une personne qui a commis un acte sous l’emprise d’une bouffée délirante abolissant son discernement ne peut pas être jugée pénalement même lorsque son état mental a pu être causé par la consommation régulière de produits stupéfiants. En effet, la loi ne prévoit pas de distinction selon l’origine du trouble psychique. C'est ce qu'a jugé la Cour de cassation dans son arrêt du 14 avril 2021. Cet arrêt a suscité de vives réactions. Explications.

Fadettes : Pour le Conseil d’Etat, le recours aux données de connexion doit être limité aux poursuites d’infractions d’un degré de gravité suffisant
Fadettes : Pour le Conseil d’Etat, le recours aux données de connexion doit être limité aux poursuites d’infractions d’un degré de gravité suffisant

Saisi par plusieurs associations ainsi qu’un opérateur de télécoms, le Conseil d’État a examiné la conformité des règles françaises de conservation des données de connexion au droit européen. Il a aussi été amené à vérifier que le respect du droit européen tel qu’interprété par la CJUE ne compromettait pas les exigences de la Constitution française. Il juge que la conservation généralisée des données est aujourd’hui justifiée par la menace existante pour la sécurité nationale. Il relève également que la possibilité d’accéder à ces données pour la lutte contre la criminalité grave permet, à ce jour, de garantir les exigences constitutionnelles de prévention des atteintes à l’ordre public et de recherche des auteurs d’infractions pénales.

La loi n° 2021-478 du 21 avril 2021 visant à protéger les mineurs des crimes et délits sexuels et de l'inceste vient d’être publiée au JO et crée la notion de prescription prolongée de l’action publique
La loi n° 2021-478 du 21 avril 2021 visant à protéger les mineurs des crimes et délits sexuels et de l'inceste vient d’être publiée au JO et crée la notion de prescription prolongée de l’action publique

Cette loi a beaucoup animé les débats de l’Assemblée nationale et du Sénat, ces derniers mois, mais c’est pratiquement à l’unanimité qu’elle a été adoptée. Largement inspirée des propositions de loi de la sénatrice Annick Billon, de celles des députés Isabelle Santiago et Alexandra Louis, cette loi qui vient d’être publiée au Journal Officiel vise à mieux protéger les mineurs victimes de crimes ou de délits sexuels et de l'inceste. Le Conseil National des Barreaux, entendu à la Commission des Lois, y a apporté sa contribution comme toutes les personnalités du monde judiciaire et associatif qui ont participé à la construction de ce texte qui marque un réel tournant dans le dispositif de répression de la pédocriminalité

Faut-il filmer les procès ? Est-ce possible ? Est-ce souhaitable ? Le projet de loi "confiance" le propose : Décryptage
Faut-il filmer les procès ? Est-ce possible ? Est-ce souhaitable ? Le projet de loi "confiance" le propose : Décryptage

Le Projet de loi « pour la confiance dans l’institution judiciaire » présenté par Monsieur le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti s’ouvre sur une proposition de réforme qui se veut novatrice. Mais, en vérité, ce débat sur l’enregistrement et la diffusion des audiences n’est pas nouveau. Il est même assez ancien. Il remonte à plus d'une quinzaine d'année. Mais, faut-il filmer les procès ? Est-ce possible ? Est-ce souhaitable ? Que faut-il en penser ?

Se rendre chez son avocat , c’est toujours possible même en période de confinement
Se rendre chez son avocat , c’est toujours possible même en période de confinement

Vendredi 2 avril 2021, la parution au Journal officiel du décret n°2021-384 est venue modifier les décrets n°2020-1262 du 16 octobre 2020 et n°2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de Covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire. La publication de ce décret a donné lieu à la mise en ligne d’une nouvelle version de l’attestation de déplacement dérogatoire, par le ministère de l’Intérieur.