Arnaud de Saint Remy, avocat à Rouen

Inscrit comme avocat au Barreau de Rouen depuis 1996, Arnaud de SAINT REMY reprend le cabinet de sa mère, Colette CERNÉ de SAINT REMY, connue en particulier dans le domaine des affaires familiales.
Fort de l’expérience acquise d’une collaboration auprès d'un avoué à la Cour d’appel de Rouen, il devient en 1999 associé du cabinet EMO AVOCATS.
Diplômé des Facultés de Droit de Rouen et de Caen, il exerce sa compétence professionnelle en matière de responsabilité contractuelle, civile et pénale, ainsi qu’en droit de la presse, médias, Internet et communication.
Il assure en particulier l’assistance et la défense des personnes en matière d’e-réputation.
Il accompagne les personnes victimes de dommages corporels.
Il est en charge du Pôle pénal du Cabinet EMO AVOCATS.
Il intervient dans le domaine de la protection des données personnelles et accompagne les entreprises dans la mise en conformité au RGPD.
Elu depuis 2008 au Conseil de l'Ordre dont il a été le Secrétaire pendant trois ans, il a exercé les fonctions de Bâtonnier de l'Ordre des Avocats au Barreau de Rouen en 2015 et 2016. Il préside actuellement la Conférence régionale des Bâtonniers de Normandie.
Il est "ambassadeur du numérique" au sein du Conseil National des Barreaux (CNB).
Depuis 2016, il est "ambassadeur normand" dans le cadre de la Mission "Attractivité Normandie" lancée par la Région Normandie.
Il est l’un des membres fondateurs du BNI Rouen Plateau Est.
Il enseigne à l’IXAD et assure régulièrement des formations professionnelles dans le domaine de la déontologie ainsi qu'en matière de publicité fonctionnelle et de communication.

Assistante
Virginie STAIGRE
Virginie STAIGRE

vstaigre@emo-avocats.com

Expériences

Membre du Conseil de l'Ordre des Avocats au Barreau de Rouen
Ancien Bâtonnier de l'Ordre des Avocats au Barreau de Rouen
Président de la Conférence des Bâtonniers de Normandie
Ambassadeur Normand pour "Normandie Attractivité"
Ambassadeur Numérique au Conseil National des Barreaux (CNB)
Coordinateur d'évènements au sein du BNI Rouen Plateau Est
Formateur à l'IXAD, école des avocats (Lille)

Les derniers articles
La responsabilité de l'employeur en cas d'infraction routière du salarié
La responsabilité de l'employeur en cas d'infraction routière du salarié

Depuis le 1er janvier 2017, l’employeur a l’obligation de révéler l’identité d’un salarié à qui il est reproché la commission de certaines infractions routières lorsqu’elles ont été commises à l’aide d’un véhicule de société ou d’une voiture de fonction dont le certificat d’immatriculation est au nom de l’entreprise. A défaut, l’employeur encourt une amende qui peut aller jusqu’à 750 € par refus de dénonciation (voir 5 fois plus s'il s'agit d'une entreprise). Cette obligation résulte des dispositions nouvelles (issues de la LOI n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIe siècle – article 34) de l’article L.121-6 du Code de la route. Dans la circulaire du 29 janvier 2019, le ministère de la Justice fixe les orientations de politique pénale en matière de non-désignation du conducteur. Comment faire face à cette situation ?

Loi Justice : deux décrets en matière pénale viennent d’être publiés
Loi Justice : deux décrets en matière pénale viennent d’être publiés

La loi du 23 mars 2019 dite « de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice » nécessitait pour sa mise en œuvre que soient pris des décrets d’applications. Le 24 mai dernier, ce sont deux décrets qui ont été pris : - L’un pour l’application des dispositions relatives à la procédure numérique, aux enquêtes et aux poursuites (Décret n°2019-507 du 24 mai 2019) ; - L’autre pour l’application des dispositions relatives à l’instruction, à l’exercice des voies de recours et à l’exécution des peines (Décret n°2019-508 du 24 mai 2019).

Presse : la référence aux myriamètres dans la loi de 1881 disparaît par souci de modernité
Presse : la référence aux myriamètres dans la loi de 1881 disparaît par souci de modernité

Saisi d’une récente QPC, le Conseil Constitutionnel vient, dans une décision du 24 mai 2019, de juger obsolète, et partant contraire à la Constitution, la référence aux myriamètres qui figurait à l’article 54 de la loi du 29 juillet 1881 fixant le délai devant être respecté entre le jour de la délivrance d’une citation en justice et le jour de comparution du défendeur devant la juridiction de jugement. Explication.

Le Cabinet EMO AVOCATS participe à la SEMAINE DU DROIT organisée par le CNB
Le Cabinet EMO AVOCATS participe à la SEMAINE DU DROIT organisée par le CNB

Le Conseil National des Barreaux lance une campagne de promotion de la profession d’avocat sur tout le territoire national à l'occasion de la 1ère semaine du droit du 20 au 26 mai 2019. Objectif ? Permettre au grand public et aux entreprises de mieux connaître le rôle de conseil de l’avocat et à la profession et valoriser son accessibilité notamment grâce à la promotion la plateforme d’intermédiation avocat.fr.

Droit de la presse : un Etat ne peut engager une action en diffamation comme le pourrait un particulier
Droit de la presse : un Etat ne peut engager une action en diffamation comme le pourrait un particulier

L’article 32 (alinéa 1er) de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse ne permet pas à un Etat d’engager une poursuite en diffamation, dans la mesure où il ne peut pas être assimilé à un particulier au sens de la loi. C’est l’enseignement qu’il convient de tirer d’un tout récent arrêt rendu par la Cour de cassation le 10 mai 2019 dans une affaire qui opposait le Royaume du Maroc à l'un de ses ressortissants qui avait été interviewé dans la presse (pourvoi n°17-84.511).