Arnaud de Saint Remy, avocat à Rouen

Inscrit comme avocat au Barreau de Rouen depuis 1996, Arnaud de SAINT REMY reprend le cabinet de sa mère, Colette CERNÉ de SAINT REMY, connue en particulier dans le domaine des affaires familiales.
Fort de l’expérience acquise d’une collaboration auprès d'un avoué à la Cour d’appel de Rouen, il devient en 1999 associé du cabinet EMO AVOCATS.
Diplômé des Facultés de Droit de Rouen et de Caen, il exerce sa compétence professionnelle en matière de responsabilité contractuelle, civile et pénale, ainsi qu’en droit de la presse, médias, Internet et communication.
Il assure en particulier l’assistance et la défense des personnes en matière d’e-réputation.
Il accompagne les personnes victimes de dommages corporels.
Il est en charge du Pôle pénal du Cabinet EMO AVOCATS.
Il intervient dans le domaine de la protection des données personnelles et accompagne les entreprises dans la mise en conformité au RGPD.
Elu depuis 2008 au Conseil de l'Ordre dont il a été le Secrétaire pendant trois ans, il a exercé les fonctions de Bâtonnier de l'Ordre des Avocats au Barreau de Rouen en 2015 et 2016. Il préside actuellement la Conférence régionale des Bâtonniers de Normandie.
Il est "ambassadeur du numérique" au sein du Conseil National des Barreaux (CNB).
Depuis 2016, il est "ambassadeur normand" dans le cadre de la Mission "Attractivité Normandie" lancée par la Région Normandie.
Il est l’un des membres fondateurs du BNI Rouen Plateau Est.
Il enseigne à l’IXAD et assure régulièrement des formations professionnelles dans le domaine de la déontologie ainsi qu'en matière de publicité fonctionnelle et de communication.

Assistante
Virginie STAIGRE
Virginie STAIGRE

vstaigre@emo-avocats.com

Expériences

Membre du Conseil de l'Ordre des Avocats au Barreau de Rouen
Ancien Bâtonnier de l'Ordre des Avocats au Barreau de Rouen
Président de la Conférence des Bâtonniers de Normandie
Ambassadeur Normand pour "Normandie Attractivité"
Ambassadeur Numérique au Conseil National des Barreaux (CNB)
Coordinateur d'évènements au sein du BNI Rouen Plateau Est
Formateur à l'IXAD, école des avocats (Lille)

Les derniers articles
Police municipale : le décret autorisant le port de caméras individuelles a été publié
Police municipale : le décret autorisant le port de caméras individuelles a été publié

Le Décret n° 2019-140 du 27 février 2019 portant application de l'article L. 241-2 du code de la sécurité intérieure et relatif à la mise en œuvre de traitements de données à caractère personnel provenant des caméras individuelles des agents de la police municipale vient d'être pubié au Journal Officiel.

L’aménagement de peine ab initio : une pratique méconnue ?
L’aménagement de peine ab initio : une pratique méconnue ?

Lorsqu’un tribunal correctionnel prononce une peine égale ou inférieure à deux ans d'emprisonnement, ou, pour une personne en état de récidive légale, une peine égale ou inférieure à un an, les juges peuvent décider que cette peine sera exécutée en tout ou partie sous le régime de la semi-liberté. Ce système a été introduit dans le Code pénal depuis longtemps, mais assez peu utilisé.

Diffamation : la relaxe fondée sur l’exception de vérité s’impose quand l'article de presse est « juste et éclairant pour le lecteur dans le respect d'équilibre et d'objectivité qui gouvernent les règles déontologiques des journalistes d'investigation »
Diffamation : la relaxe fondée sur l’exception de vérité s’impose quand l'article de presse est « juste et éclairant pour le lecteur dans le respect d'équilibre et d'objectivité qui gouvernent les règles déontologiques des journalistes d'investigation »

C’est le considérant retenu dans une récente décision rendue par l’une des chambres répressives spécialisées en matière de droit de la presse de la métropole. Pour pouvoir échapper à des poursuites fondées sur une action en diffamation en invoquant l’exception de vérité, il est impératif de respecter certains principes essentiels en disposant des preuves de nature à mettre en évidence que l’information portée à la connaissance du public était bien vraie.

Diffamation (non publique) : un mail diffamatoire envoyé entre personnes unies par une communauté d'intérêt est une contravention rendant impossible l'ouverture d'une information judicaire par un juge d'instruction
Diffamation (non publique) : un mail diffamatoire envoyé entre personnes unies par une communauté d'intérêt est une contravention rendant impossible l'ouverture d'une information judicaire par un juge d'instruction

Le choix procédural est important en matière de diffamation. Il est de principe que les diffamations non publiques ne peuvent donner lieu à l'ouverture d'une information judiciaire en ce sens qu'il s'agit de contraventions, et non de délits. L'erreur procédurale risque de rendre irrecevable la plainte et irrémédicablement compromise toute action indemnitaire de la partie civile qui s'estime victime de la diffamation non publique.

Les limites de l'injure sur les réseaux sociaux : illustration avec un récent arrêt de la Cour de cassation
Les limites de l'injure sur les réseaux sociaux : illustration avec un récent arrêt de la Cour de cassation

La Cour de cassation vient de donner une illustration intéressante de la notion liberté d'expression sur les réseaux sociaux à l'occasion d'une affaire d'injure publique qui était reproché à un célèbre débatteur public. Mais, attention, n’est pas immunisé de toute sanction qui veut ! La Cour de cassation fixe de manière très claire les limites entre ce qui est admissible et ce qui ne l'est pas.