Alexandre Noblet, avocat à Rouen

Titulaire d’un doctorat de droit privé, Alexandre NOBLET intervient en qualité de collaborateur du pôle droit civil.
Sa formation initiale et ses centres d’intérêt l’ont orienté vers le droit du dommage corporel. Dans ce cadre, il connaît essentiellement du contentieux de la responsabilité médicale, devant les juridictions judicaires, administratives et disciplinaires.
Alexandre NOBLET a été membre du Conseil de l’ordre du Barreau de Rouen de 2012 à 2017. En qualité de délégataire du Bâtonnier auprès du Pôle des affaires civiles du Tribunal de Grande Instance de Rouen, il est devenu un interlocuteur privilégié des magistrats et greffiers.
Parallèlement, Alexandre NOBLET dispense des enseignements. Il est professeur associé à l’Université de Rouen depuis 2016 et vacataire dans des écoles privées (UniLaSalle Rouen – Ecole de Management de Normandie) depuis 2010, ce qui lui permet de concilier la théorie et la pratique.

Assistante
Pierrette Boutillien
Pierrette Boutillien

pboutillien@emo-hebert.com

Les derniers articles
Modification de la garantie légale de conformité à compter du 1er janv.2022
Modification de la garantie légale de conformité à compter du 1er janv.2022

Le 30 septembre, a été publiée au JORF l'ordonnance n° 2021-1247 du 29 septembre 2021 relative à la garantie légale de conformité pour les biens, les contenus numériques et les services numériques. Ce texte est la transposition en droit français de deux directives européennes du 20 mai 2019, qui visent à renforcer la protection des consommateurs pour tenir compte de l'accroissement des ventes de produits connectés, ainsi que de la fourniture de contenus et services numériques.

Un médecin peut-il se prévaloir de recommandations émises postérieurement aux faits litigieux afin de justifier de la pertinence des soins dispensés ?
Un médecin peut-il se prévaloir de recommandations émises postérieurement aux faits litigieux afin de justifier de la pertinence des soins dispensés ?

Note sur l'arrêt Cass. Civ. 1ère 5 avril 2018 n°17-15.620 Un médecin peut-il se prévaloir de recommandations émises postérieurement aux faits litigieux afin de justifier de la pertinence des soins dispensés ? A cette question, la Cour de Cassation répond par l’affirmative, dans un récent arrêt en date du 5 avril 2018 (n°17-15.620).

Le débat sur la fin de vie est sans fin
Le débat sur la fin de vie est sans fin

La loi n°2005-370 du 22 avril 2005, relative aux droits des malades et à la fin de vie, avait marqué une avancée, qui conférait notamment au corps médical la possibilité d’administrer aux malades en fin de vie les médicaments dits du « double effet » (traitements anti-douleurs, accélérant le décès). Elle s’avérait cependant inadaptée aux patients inconscients non réellement en fin de vie.

Bail d'habitation : la clause de solidarité est valable si elle est limitée dans le temps
Bail d'habitation : la clause de solidarité est valable si elle est limitée dans le temps

Le 12 janvier 2017, la Cour de Cassation (Ref. Cassation Civile 3ème 12 janvier 2017 n°16-10.324) a rendu un arrêt intéressant en matière de solidarité entre co-titulaires d’un bail.