Frédéric Canton, avocat à Rouen

"Etre au service du client, c’est lui rendre simple ce qui peut paraître compliqué, dans un souci permanent d’efficience".

Avocat depuis 25 ans, inscrit au Barreau de Rouen en 1993, Frédéric CANTON a toujours exercé son activité au sein de la SCP EMO AVOCATS, où il s’est associé en 1996.
Pratiquant essentiellement son activité en droit commercial et droit immobilier, Frédéric CANTON est l’interlocuteur privilégié des entreprises pour répondre à leurs besoins réguliers, mais également des collectivités territoriales dans le cadre des sinistres de construction.
Animant régulièrement des formations au profit de créateurs et de repreneurs d’entreprise, il a développé une expertise sur l’accompagnement des dirigeants dans la gestion juridique de leur structure et de leur statut personnel; il intervient tant au profit de personnes physiques ou morales de droit privé que de collectivités publiques.
Favorisant la recherche de solutions amiables, Frédéric CANTON a obtenu en 2017 le diplôme de médiateur. Il est désormais référencé auprès du Centre National de Médiation des Avocats (CNMA) et membre du Centre de Médiation du Barreau de Rouen (CMBR).
Il est en outre inscrit sur la liste des médiateurs judiciaires près la Cour d'appel de Rouen en matière civile et commerciale.

Assistante
Virginie MONTENOT
Virginie MONTENOT

vmontenot@emo-avocats.com

Expériences

Membre des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens
Membre du réseau Entreprendre Seine Eure
Président du Bureau Commun des Avocats du Barreau de Rouen
Médiateur judiciaire en matière civile et commerciale près la Cour d'appel de Rouen
Médiation administrative

Les derniers articles
Coronavirus Covid-19 : L’épidémie est-elle un évènement assurable ?
Coronavirus Covid-19 : L’épidémie est-elle un évènement assurable ?

Pour les organisateurs du tournoi de Wimbledon, l’épidémie de Sras en 2003 est apparue comme un avertissement sans frais qu’il fallait pour l’avenir prendre en compte. Depuis cette époque, 2 M$ (sur un budget de 285 M$) sont consacrés chaque année à la couverture de la totalité des risques en cas de pandémie. L’annulation de l’édition 2020 qui devait avoir lieu du 29 juin au 12 juillet a été annoncée le 1er avril dernier, les organisateurs estimant en l’occurrence qu’un simple report ne constituait pas une solution pertinente (eu égard notamment à la surface des terrains). Le risque d'annulation dû à la pandémie était-il assurable ?

Coronavirus Covid-19 : La médiation pendant la période de crise sanitaire, délais et prescription
Coronavirus Covid-19 : La médiation pendant la période de crise sanitaire, délais et prescription

Pour rappel, l'ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 a instauré un dispositif de report de divers délais et dates d'échéance. Elle a défini pour cela, au I de l'article 1er, une « période juridiquement protégée » qui court à compter du 12 mars 2020 jusqu'à l'expiration d'un délai d'un mois après la fin de l'état d'urgence sanitaire. A ce jour, compte tenu des dispositions de l'article 4 de la loi du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19, la durée de l'état d'urgence sanitaire est prévue pour s'achever le 24 mai 2020, de sorte que la « période juridiquement protégée » s'achèverait un mois plus tard, soit le 24 juin 2020.

Coronavirus Covid-19 : La médiation au secours des entreprises
Coronavirus Covid-19 : La médiation au secours des entreprises

La récente passe d’arme entre le patron des patrons et le responsable de la plus grande centrale syndicale préfigure ce qui risque de se produire dans nos entreprises une fois la crise passée. Demander à tous et à chacun un effort supplémentaire pour permettre de redresser la situation économique ne parait ni illégitime ni indécent, à condition qu’il ne s’opère au mépris des droits fondamentaux des salariés. Mais cette demande va réveiller les rancœurs et les frustrations provoquées par une gestion maladroite ou simplement disparate de la crise. Entre ceux qui ont été sollicités davantage et ceux qui ont été soumis de gré ou de force au chômage partiel, des tensions sociales peuvent apparaître, que les managers devront maîtriser.

Coronavirus Covid-19 : précisions sur la tenue des assemblées
Coronavirus Covid-19 : précisions sur la tenue des assemblées

Un décret du 10 avril 2020 vient préciser les conditions d’application de l’ordonnance n° 2020-321 du 25 mars 2020 portant adaptation des règles de réunion et de délibération des assemblées et organes dirigeants des personnes morales et entités dépourvues de personnalité morale de droit privé en raison de l’épidémie de covid-19. Reprenons les questions essentielles abordées dans l’ordonnance n° 2020-321 du 25 mars 2020.

Coronavirus Covid-19 : Le droit des sociétés à l'épreuve du confinement
Coronavirus Covid-19 : Le droit des sociétés à l'épreuve du confinement

Les réponses aux questions que pose cette situation inédite se trouvent pour l’essentiel dans deux ordonnances du 25 mars 2020 : l’ordonnance n° 2020-318 du 25 mars 2020 portant adaptation des règles relatives à l'établissement, l'arrêté, l'audit, la revue, l'approbation et la publication des comptes et des autres documents et informations que les personnes morales et entités dépourvues de personnalité morale de droit privé sont tenues de déposer ou publier dans le contexte de l'épidémie de covid-19 et l’ordonnance n° 2020-321 du 25 mars 2020 portant adaptation des règles de réunion et de délibération des assemblées et organes dirigeants des personnes morales et entités dépourvues de personnalité morale de droit privé en raison de l'épidémie de covid-19